nl | en | fr
 0
 
 07/01/2013 Le cancer du sein

Le cancer du sein chez les hommes

Le cancer du sein est une maladie rare chez les hommes. Moins d'un pour cent de tous les cas de cancer du sein surviennent chez les hommes. La proportion est de 150 femmes contre un homme. Si l'on regarde toutes les tumeurs malignes qui touchent les hommes, c’est inférieur à 1 fois sur 100 pour le cancer du sein. Parce qu'il est si rare, le cancer du sein est un phénomène peu étudié chez les hommes. Le nombre de cancers du sein chez les hommes a été relativement stable jusqu'à la fin des années 80, mais depuis 1991 il y a eu une forte augmentation du nombre de cas, pour des raisons que nous n’avons pas vraiment été en mesure d'identifier. Le nombre de cas augmentent également chez les femmes, mais cette augmentation est plus progressive. Les hommes peuvent aussi avoir à affronter des tumeurs bénignes du sein, telles que pappilomes et fibroadénomes.

La poitrine des hommes

La poitrine d'un homme adulte est comme la poitrine d'une jeune fille avant l'adolescence. La poitrine se compose d'un certain nombre de chaînes ramifiées qui sont alignées avec des cellules. Chez les filles, ces canaux et cellules commencent à se développer grâce à la production hormonale qui intervient pendant la puberté (voir le développement de la poitrine féminine). En outre, chez les hommes le tissu mammaire répond à des stimuli hormonaux. Par exemple, environ 40% de tous les garçons pendant la puberté souffrent temporairement de l'élargissement du sein, on appelle cela la gynécomastie. La gynécomastie pendant l'adolescence disparaît normalement après deux ans. Chez les hommes adultes, la croissance du tissu mammaire peut être stimulée par certains médicaments et par certaines maladies. La croissance du tissu mammaire peut être causée par thérapie d'estrogène (prescrite, par exemple, lors du cancer de la prostate), mais aussi par des médicaments contre les maladies cardiaques (digitaliques), l'hypertension artérielle (réserpine, spironolactone), la migraine (ergotamine). La gynécomastie peut aussi être causée par certains cancers (cancer du testicule, cancer des glandes surrénales), la cirrhose du foie, la dialyse rénale chronique et le syndrome de Klinefelter (voir ci-dessous). Par l'accumulation de graisse, la poitrine d’un homme adulte peut aussi augmenter mais ce phénomène n’est pas appelé gynécomastie. Il n'y a aucune preuve que la gynécomastie qui n’est pas causée par la stimulation de l'œstrogène augmente considérablement le risque de cancer du sein.

Facteurs de risque

Antécédents familiaux Le lien entre le cancer du sein chez l'homme et un antécédent familial n'a pas été étudié à fond. Pourtant, il y a des études qui suggèrent que le cancer du sein chez les femmes de la famille au premier degré (mère, sœur, fille) augmente le risque chez les parents de sexe masculin. Le cancer du sein est un facteur aggravant, également lorsqu’il survient chez des membres masculins de la famille. En particulier, des anomalies dans le gène BRCA2 sont responsables d'un risque accru chez les hommes. Lieu de vie La répartition géographique du nombre de cas de cancer du sein chez les hommes et les femmes. Le plus grand nombre de cas se trouvent en Amérique du Nord et en Europe, et le moins en Finlande et au Japon. Augmentation du taux d'oestrogène? En général, le cancer du sein chez les hommes est sensible aux hormones, ce qui soulève le soupçon que les œstrogènes jouent un rôle, d’une manière ou d’une autre, dans le développement du cancer du sein chez l'homme. Cependant, la recherche scientifique n’a jusqu'à présent pas pu établir cette relation et souvent les études sont contradictoires. Le syndrome de Klinefelter L'un des principaux facteurs de risque pour le cancer du sein est le syndrome de Klinefelter. Les hommes atteints de ce syndrome sont porteurs d'un chromosome X supplémentaire (XXY), ce qui provoque un certain nombre de symptômes tels que: organes sexuels sous-développés, des troubles hormonaux et gynécomastie. Ces hommes ont généralement un faible taux de testostérone (ce qui est une hormone mâle), ce qui se traduit par un taux élevé d'œstrogènes-androgènes. Des études ont montré que les hommes atteints du syndrome de Klinefelter avaient 20 à 60 fois plus de risque de développer un cancer du sein que d'autres hommes. Gynécomastie? La relation précise entre la gynécomastie et le cancer du sein n’est pas claire. La gynécomastie est un agrandissement anormal du sein chez l'homme, le plus souvent, c’est ressenti comme un gonflement élastique d'environ un à deux centimètres derrière le mamelon. Certains auteurs affirment que jusqu'à 20% de leurs patients masculins atteints de cancer du sein ont un antécédent de gynécomastie. D'autres études n’ont, cependant, pas su déterminer cela. Les pathologistes n’ont jamais été en mesure d'établir une évolution du tissu gynécomastique en tissu malin. Anomalies des testicules? Les anomalies des testicules pourraient aussi augmenter le risque de cancer du sein. Il y a des études qui ont démontré un risque accru après une inflammation des testicules, des blessures aux organes génitaux ou chez les hommes ayant des antécédents de cryptorchidie. Cependant, il y a aussi des études qui n'ont pas su établir de liens entre les facteurs précités et un risque accru de cancer du sein. Maladie du foie? Le lien entre la maladie du foie et une augmentation du risque de cancer du sein est controversé. En Egypte, les hommes ont été touchés par "Schistosoma", une maladie du foie causée par des parasites, obtenant un taux de cancer du sein plus élevé que normalement. Ceci serait du au fait que l’atteinte du foie entraîne un métabolisme d'oestrogène modifié. Autres facteurs de risque? D'autres facteurs de risque seraient les suivants: - Un antécédent de blessure à la tête (la glande pituitaire, à savoir, une glande située sous le cerveau); - Exposition aux rayonnements radioactifs; - Antécédent de cancer de la prostate.