nl | en | fr
 0
 

Le cancer (du sein) n'est pas une raison de licenciement

Se faire licencier car vous êtes malade : c'est de la discrimination. Une victorieuse qui a été licenciée après son absence, a fait appel au tribunal du travail avec le Centre d'égalité des chances Unia. Le juge lui a donné raison et a condamné l'employeur à lui verser 22 000 € de dommages et intérêts.

La dame en question a découvert durant son absence qu'elle était enceinte. Après son congé de maternité, elle a reçu son C4 par voie postale. Son employeur a refusé tout dialogue et motivé son licenciement par «la continuité du service» qui était compromise.

Le cancer peut toucher tout le monde et c'est pourquoi Unia trouve cette histoire incroyable et grave. Nous conseillons aux victorieux qui rencontrent la même situation d'en faire part au syndicat ou à Unia. Ils essaient en premier recours d'instaurer un dialogue durable avec l'employeur, afin de discuter ensemble des possibilités d'adaptation du travail ou de service afin de rendre possible une collaboration continuée. L'étape de l'affaire en justice suit seulement si, dans ce cas, un arrangement à l'amiable est impossible.

Les journaux belges y ont prêté attention.