Combien coûte mon traitement?

« Le cancer coûte cher ». C’est peut-être un cliché, mais il est vrai que le traitement du cancer est coûteux. Grâce à la sécurité sociale, nous ne payons qu’une fraction de nos frais de santé, mais pour une partie de la population, le coût d’un traitement reste un problème, en particulier celui du cancer, car le traitement peut durer des années.

L’assurance soins médicaux est obligatoire en Belgique. La caisse maladie à laquelle vous êtes affiliée vous rembourse (une partie de) vos frais médicaux et vous verse une allocation en cas d’incapacité de travail. Mais c’est naturellement loin d’être autant que votre salaire, et vous devez assumer vous-même une grande partie des frais médicaux. Le ticket modérateur pour les visites médicales, les examens, les médicaments non remboursés, l’achat d’une perruque, les frais d’hospitalisation, etc. La facture peut grimper très vite.

Le professeur Liv Veldeman : « Nous hésitons parfois à prescrire un bandage coûteux, car nous savons que la patiente ne peut pas le payer. Il y a un médicament, le Zometa, qui freine la résorption osseuse et réduirait même les métastases osseuses. Nous le proposons à l’hôpital, mais il n’est pas remboursé. On ne vous l’administrera donc que si vous pouvez le payer. Et le coût est trop élevé pour certaines patientes. »

Une recherche de 2011 démontre que le cancer peut conduire les gens ayant un revenu normal à la pauvreté. Le revenu de remplacement, dont ils dépendront pour une longue durée, n’est pas suffisant pour les dépenses médicales parfois très élevées. En 2012, 18 000 patients atteints de cancer ont répondu à une enquête sur le coût de cancer, démontrant que le cancer leur coûtait en moyenne 2 500 euros après l’intervention de la mutualité, sur deux ans, ou bien 92,6 euros par mois par patient. Et cela alors que vous avez juste un revenu inférieur.

Si vous avez des difficultés financières, prenez contact avec le service social de l’hôpital ou votre caisse d’assurance-maladie. Même si votre caisse d’assurance-maladie n’est pas en ordre, le service social peut vous aider. Si le coût de votre maladie est un véritable problème pour vous, vous pouvez également toujours faire appel à la Fondation contre le Cancer. Think Pink peut aider les femmes en difficulté financière pour l’achat d’une perruque via le Fonds Coupe d’Éclat.

Je venais juste de déménager quand j’ai appris que j’avais une forme très agressive de cancer du sein. Ça ne pouvait pas plus mal tomber. Quand une mère célibataire perd d’un coup 60 % de ses revenus, avec trois ados à la maison, la situation devient critique. Ma maison n’était pas encore aménagée, mais je n’avais ni l’énergie, ni l’argent nécessaires.

Patricia, 42 ans

Bon nombre de personnes qui font appel à la Fondation contre le Cancer n’ont pas d’assurance hospitalisation parce qu’elles ne peuvent se le permettre ou parce qu’elles n’ont pas songé à contracter une telle assurance. Pour un autre groupe de patients, les coûts du traitement contre le cancer ne sont pas, ou très peu, remboursés parce qu’ils n’ont contracté une assurance hospitalisation qu’après le diagnostic du cancer. Faites donc attention si vous contractez une nouvelle assurance et que vous souhaitez annuler votre ancienne. Demandez soigneusement quelles en sont les conséquences et assurez-vous de bien recevoir une preuve sur papier ou par courrier. Il y a aussi le problème de certaines interventions, qui ne sont souvent pas couvertes par l’assurance hospitalisation.

Renseignez-vous bien

Le cancer du sein vous apporte son lot d’émotions. Il est important de bien vous renseigner sur le coût de chaque intervention à chaque fois. Contactez votre mutualité, votre assurance hospitalisation si vous en avez une, et l’hôpital. Demandez de confirmer sur papier ou par mail ce qui est remboursé et ce que vous devez payer vous-même en tant que patient, afin d’éviter des mauvaises surprises financières.

N’hésitez pas à demander quels frais sont couverts par votre assurance hospitalisation : frais de transport, aide à domicile, médication, achat d’une perruque, etc. La couverture varie en fonction du type de d’assurance que vous avez contractée.