31/01/2020

Vigilance au lymphœdème après un traitement contre le cancer du sein

Environ 1 femme sur 5 qui survit au cancer du sein développe un lymphœdème secondaire. Contrairement au lymphœdème congénital primaire, le lymphœdème secondaire se développe suite à une lésion. Le lymphœdème est un gonflement qui se produit car l'excès de liquide lymphatique n'est plus correctement drainé et s'accumule donc. Chez les victorieuses, le lymphœdème survient principalement autour de la main, du bras, de l'épaule, de la poitrine et du torse. Il peut survenir immédiatement après la chirurgie ou le traitement, mais il apparaît aussi régulièrement quelques années plus tard. La prévention et le dépistage précoce sont très importants car la maladie peut être guérie ou au moins freinée à un stade précoce. Plus tard, l'œdème devient chronique et ne peut plus être guéri. C'est pourquoi il est important que les patients et les soignants soient conscients des différents facteurs de risque.

Symptômes possibles:
-    gonflement du bras
-    sensation de brûlure
-    sensation de lourdeur
-    perte de motricité globale 
-    paralysie

Le lymphœdème chronique signifie aussi un risque accru de mauvaise cicatrisation des plaies, de tumeurs bénignes (papillomes), de cellulite, d'inflammation des vaisseaux lymphatiques et, dans certains cas exceptionnels, de tumeurs malignes rares qui se développent à partir de la paroi d'un vaisseau lymphatique (lymphangiosarcome). De plus, à mesure que la maladie progresse, les frais médicaux augmentent également.

Facteurs de risque et prévention
Des études scientifiques montrent que l'évidement des ganglions lymphatiques axillaires (de l'aisselle), un IMC élevé et/ou un poids élevé et un plus grand nombre de ganglions lymphatiques retirés sont des facteurs de risques importants pour développer un lymphœdème. La radio et la chimiothérapie peuvent également entraîner des risques supplémentaires. L'activité physique, le sport et la thérapie de compression précoce auraient un effet protecteur.

Ganglions lymphatiques axillaires 
Dans le passé, une clairance des ganglions lymphatiques était une pratique courante pour voir dans quelle mesure le cancer du sein s'était propagé et pour empêcher sa propagation. De nos jours, une biopsie de la glande sentinelle est de plus en plus pratiquée. Un petit morceau de tissu est prélevé sur la glande sentinelle au cours de cette procédure. C'est le ganglion lymphatique qui capte en premier le flux lymphatique avec d'éventuelles métastases. S'il y a des métastases, cette glande sera affectée en premier. Si cela donne un résultat positif, la radiothérapie est lancée. Cette approche réduit le risque de lymphœdème secondaire. Si une clairance de la glande des aisselles est nécessaire, il est important de suivre le patient régulièrement après la chirurgie car la prévention et le dépistage précoce du lymphœdème sont importants. La recherche montre également que le risque de lymphœdème augmente lorsque davantage de ganglions lymphatiques sont enlevés.

IMC élevé et/ou poids corporel élevé
Depuis 70 ans, des études scientifiques montrent que les personnes plus lourdes sont beaucoup plus à risque de développer un lymphœdème. L'obésité compromettrait le bon fonctionnement du système lymphatique. Une perte de poids après la chirurgie et un mode de vie plus sain peuvent réduire le risque de lymphœdème. 

Les taxanes
La chimio avec les taxanes fournit un œdème temporaire et non défini aux extrémités du corps (chevilles, jambes et bras). Cet œdème est évité par un traitement aux corticostéroïdes, un traitement avec des hormones corticales surrénales. Il y a peu de preuves scientifiques que le traitement par les taxanes entraînerait également des risques plus élevés de lymphœdème à plus long terme. Néanmoins, il est conseillé de rester vigilant(e) aux gonflements.

Thérapie de compression
Une thérapie de compression précoce (l’application d’une contre-pression sur la zone de l'œdème en bandant ou en portant un bas élastique thérapeutique ou un bandage non élastique) pourrait empêcher le développement d'un lymphœdème secondaire. La consultation multidisciplinaire sur les conséquences de la chimiothérapie avec des taxanes et de la radiothérapie est importante. C'est pourquoi Think Pink recommande toujours aux victorieuses d'être traitées dans une clinique du sein agréée.

Toutes les cliniques du sein agréées
Qu’est ce qu’une clinique du sein reconnue peut faire pour moi?
Vous avez une question?
Ophélie Mouton
Communication Manager