18/02/2021

En tant que victorieux(se), quand pourrez-vous bénéficier du vaccin contre le coronavirus ?

Le gouvernement souhaite d’abord donner la priorité aux personnes les plus vulnérables de notre pays ainsi qu’aux personnes les plus exposées au virus.

C’est pourquoi, les résidents et le personnel des établissements d’hébergement pour personnes âgées ainsi que les professionnels de soins au sein des hôpitaux sont les premiers à se faire vacciner. Ensuite, c’est au tour des professionnels de soins œuvrant en 1re ligne (médecins généralistes, pharmaciens …), du personnel de soins collectifs (centres pour personnes handicapées …) et enfin, au reste du personnel hospitalier. 

Si vous avez plus de 65 ans, vous êtes prioritaire

Dès que la vaccination de tous les groupes mentionnés ci-dessus sera effectuée, toute personne âgée de plus de 65 ans pourra se faire vacciner et ce, à partir du mois de mars

Le 5 février, le Conseil Supérieur de la Santé a fixé quatre niveaux de priorité pour les personnes de moins de 65 ans. Si vous avez moins de 65 ans, lisez attentivement ce qui suit. 

4 niveaux de priorité pour les personnes de moins de 65 ans

Ci-dessous, vous trouverez la liste des groupes de personnes de moins de 65 ans qui recevront en priorité la vaccination contre le coronavirus. Dans cette liste, nous nous concentrons spécifiquement sur ce qui est d’application pour les personnes touchées par le cancer du sein. 

Niveau de priorité 1 (vaccination à partir du mois de mars) :

- les personnes entre 45 et 64 ans souffrant de certaines maladies (y compris un cancer du sein récent) ;
- les personnes entre 18 et 64 ans souffrant de troubles spécifiques tels qu’une immunité affaiblie en raison de l'utilisation de certains médicaments comme certaines chimiothérapies, immunothérapies ou thérapies ciblées (voir liste ci-dessous). Il est dans ce cas préférable d’être vacciné(e) avant de commencer ces traitements. Si cela est impossible, vous trouverez dans la liste ci-dessous et ce, pour chaque médicament/traitement, le temps qu’il faut attendre après la fin du traitement pour pouvoir être vacciné(e). Pour ce groupe (et uniquement pour celui-ci), le Conseil Supérieur de la Santé recommande que la vaccination des contacts directs soit également envisagée

Pour consulter la liste des médicaments, veuillez vous rendre aux pages 43-46 (suivre la numérotation des pages au bas du document)
Niveau de priorité 2 (période de vaccination à déterminer) :

- les personnes entre 45 et 64 ans sans pathologie particulière ;
- les personnes entre 45 et 64 ans qui ont eu un cancer du sein, qui ont suivi un traitement, chez qui le cancer est maîtrisé, qui sont en rémission et qui n’ont plus besoin d’un traitement ou d’un suivi (cinq ans après le diagnostic). 

Niveau de priorité 3 (période de vaccination à déterminer) :

- les personnes entre 18 et 44 ans atteintes d’une ou de plusieurs pathologies comme par exemple un cancer du sein récent et qui ne présentent pas de déficience immunitaire liée au suivi de certains traitements comme certaines chimiothérapies, immunothérapies ou thérapies ciblées. 

Niveau de priorité 4 (période de vaccination à déterminer) :

- les personnes entre 18 et 44 ans qui ont eu un cancer du sein, qui ont suivi un traitement, chez qui le cancer est maîtrisé, qui sont en rémission et qui n’ont plus besoin d’un traitement ou d’un suivi (cinq ans après le diagnostic) ;
- le reste de la population.

Les jeunes de moins de 18 ans

À l’heure actuelle, les jeunes de moins de 18 ans en Belgique ne sont pas autorisés à se faire vacciner contre le Covid-19. Les données concernant l’efficacité et la sécurité du vaccin pour cette catégorie d’âge sont encore insuffisantes. De plus, les pathologies graves sont plus rares dans cette tranche d’âge. C’est la raison pour laquelle la vaccination des moins de 18 ans n’est pas recommandée. 

Attention !

Les recommandations précisent en outre ce qui suit : les niveaux de priorités et les exemples de maladies et de pathologies ne doivent pas être considérés comme des recommandations strictes et fixes. Ils pourront évoluer en fonction des données disponibles et des différents types de vaccin disponibles. 

Plus d’informations sur la vaccination via le site du SPF Santé publique
Pour lire le document complet avec les recommandations du Conseil Supérieur de la Santé
Vous avez une question?
Ophélie Mouton
Communication Manager